La place du marché

.

Centre Ancien

Emplacemeent église primitive
L’emplacement possible de l’église primitive du village

Notre dernière étape est cette place du Marché d’où nous sommes partis. Ce vaste espace, qui accueille depuis plus d’un siècle, et peut être bien avant, le marché, a été au cours des âges, profondément remanié. Vers le sud, au début du XXe siècle, il faut imaginer qu’une maison barrait le passage vers la place de la République. Seul un porche sous cette maison permettait d’atteindre l’autre place. Le chemin de Béziers empruntait la Grand Rue à l’est, de l’autre coté de cet îlot de maisons où se trouve la mairie actuelle.

Toujours vers le sud, à la place de l’hôtel l’Acropole s’élevait une remise, le café s’ouvrait à droite de cette remise. Mais il est probable que cet aménagement avait remplacé une organisation plus ancienne très différente. Quelques vestiges mis à jour lors de réaménagements de l’hôtel l’Acropole laissent penser que s’élevait là, au Moyen Âge, l’église primitive du village. Le cimetière qui entourait le chevet s’étendait alors sous la place actuelle.

Café du Commerce et boutiques
Le Café du Commerce et les boutiques

Vers le nord au contraire, la place était fermée au Moyen Âge par le mur du château, probablement percé d’une porte au débouché de ce qui est aujourd’hui la rue du château vieux et permettant au seigneur de communiquer avec le bourg sans sortir de l’enceinte fortifiée

Cette enceinte, constituée à cet endroit des murs du château, devait longer les boutiques que l’on aperçoit vers le Nord-Ouest de la place, passer devant le café du Commerce et traverser la place en direction du chevet de l’église primitive. Un fossé, dont le talus extérieur est encore matérialisé par la banquette du Porcairal, le ceinturait.

Disons un mot de ce Porcairal, cette rampe qui limite la place vers l’est : on ne connaît pas l’origine de cette dénomination sinon qu’elle se rapporte aux porcs. Cette pente servait-elle d’enclos à cochon les jours de marché ? Il faut imaginer que l’espace entre le Porcairal et la Grand Rue n’était alors pas construit. Dès qu’ils empruntaient la descente de Terre Rousse, les voyageurs qui arrivaient de Béziers étaient en vue du château et de l’entrée du village sous la tour de l’horloge.

Le Porcairal
Le Porcairal

Vers 1689, il ne devait plus subsister grand-chose de l’ancien château. Une partie de l’espace qu’il occupait était déjà colonisé par des maisons, mais à part la glacière de l’archevêque, l’espace à droite de la rue du Château Vieux, sur lequel s’élève aujourd’hui le café du Commerce et les boutiques qui lui font suite, était libre. On a, alors, décidé d’y ériger la nouvelle maison commune. Cette bâtisse occupait l’espace entre la rue du Château Vieux et le café du Commerce, en retrait par rapport à l’alignement actuel. Elle était pourvue d’un étage auquel on accédait par un escalier extérieur, d’un rez-de-chaussée où s’ouvraient des boutiques, une boucherie et un étal à poissons, et d’un grenier qui servait pour faire la classe aux enfants. A l’étage, elle disposait d’une salle commune éclairée de plusieurs fenêtres. Entre chaque fenêtre, on avait fait figurer le blason de la communauté.

Cratères attiques Ensérune
Fouilles d’Ensérune : Cratères attiques (Jean Jannoray 1955 Ensérune. de Boccard Ed. Paris)

C’est ici que se termine notre balade, en espérant qu’elle vous a permis de découvrir un peu mieux quelques aspects cachés de notre village. La commune de Nissan recèle bien d’autres richesses. L’oppidum d’Ensérune, site archéologique majeur représentatif des civilisations ibériques puis celtes implantées dans la région à partir du VIIe siècle av. J.C. présente un exceptionnel site de fouilles et un musée remarquable où vous pourrez admirer l’une des plus riches collections françaises de céramiques du bassin méditerranéen antique.

L’étendue de la commune lui permet de disposer de terroirs très variés, des zones cultivées dévolues à la vigne, à l’olivier ou aux céréales, des zones de garrigue et de pinèdes et des zones humides, à la faune et à la flore très particulières, qui valent à la commune le classement d’une partie de ses terroirs en zone Natura 2000. Nous vous invitons à parcourir notre site web à la découverte des sentiers de randonnée qui vous permettront de visiter ces espaces naturels remarquables.

Retour haut de page